VERMEILLE Edouard

MISE A JOUR LE : 24 Avril 2014

NOM :   VERMEILLE           PRENOM :  Edouard

         NE LE :  02/06/1898                        DECEDE  LE : 29/04/18                                 AGE :  20 ans                                 MOBILISE LE : 03/05/1917                                                PROFESSION : Manoeuvrier

 Régiment :  146 ème REGIMENT D'INFANTERIE (2 ème compagnie)

 lieu de décès :   FRONT DE  FLANDRES   : SCHERPENBERG (Belgique), mont Kemmel                              

 Circonstances :   bataille de l'empereur ( FRONT DE  FLANDRES) 

 Lieu de sépulture : OSSUAIRE FRANCAIS DU KEMMEL (BELGIQUE)

 Monument :  VARREDDES (77)

 

   

   

     L'ossuaire français du MONT KEMMEL

                                                                             

  

 

 

 

 

 

Le 25 avril, le régiment qui occupe, depuis son arrivée, des fermes éparses autour d'une agglomération nommée Le Drogland est alerté et part vers midi. 
On a appris tout à coup que les Allemands ont pris le mont Kemmel et que les Anglais 
débordés sont hors d'état d'opposer une résistance sérieuse. Si l'ennemi conquiert la ligne avancée des monts (Scherpenberg – mont Rouge – mont des Cats) c'est pour lui le terrain libre jusqu'à la mer. 
Le 146e arrive dans l'après-midi du 25, à Hofgraaf, au nord-ouest de Reninghelst. L'ordre est donné de contre-attaquer le 26, à 3 heures. L'urgence ne permet aucune reconnaissance. Il faut marcher à l'ennemi. 
La division part : le 146e est en deuxième ligne derrière les deux autres régiments. Il a deux bataillons en réserve de I. D, un bataillon en réserve de D.I. 
On marche à l'ennemi par un brouillard opaque, sur un terrain détrempé et sous les rafales d'obus. Le contact est pris par les régiments de première ligne sur la ligne Locre 

Attaque ennemie du 29 avril. -
Ce jour-là, après avoir préludé par un bombardement effroyable, commencé à 3h 30, 
l'ennemi tente vers 7 heures un suprême effort qui vient se briser irrémédiablement sur la magnifique résistance de nos soldats. 
Le 1er bataillon reçoit le choc. Des nuées d'avions ennemis (on a pu compter jusqu'à 32 
avions réunis): accompagnent les vagues d'assaut et prennent effectivement part à l'attaque par leurs mitrailleuses qui crépitent sans arrêt. Les 3e et 2e compagnies en ligne (dont fait parti VERMEILLE) ouvrent un feu terrible.

A ce moment, et presque en première ligne ennemie, une batterie probablement amenée pendant la nuit se révèle brusquement avant qu'elle ait pu nuire sérieusement, nos mitrailleurs ont abattu attelages et canonniers; les pièces abandonnées se taisent. 

Les vagues ennemies, bientôt décimées, s'arrêtent et ont recours à l'infiltration. 
Vers 10 heures, l'attaque est brisée. Ce qui reste de tirailleurs ennemis ne pense plus qu'à se terrer, puis à fuir. Le mouvement de retraite commence à 11 heures. Quelques isolés d'abord, puis des groupes filent rapidement vers l'arrière offrant une cible facile à nos soldats. A midi, rien ne bouge plus devant nos lignes. Le. régiment, comme une 
puissance terrible mue par une seule volonté, est un roc que rien n'a pu entamer. Mais nos pertes sont cruelles :

.

JOURNAL DE MARCHE DU 146 REGIMENT INFANTERIE ( 02/04/18 au 30/04/18)

 

 LE MONT KEMMEL 1918

ROUTE DE LOCRE à KEMMEL

LOCRE : le village en ruines

  LOCRE : ferme en ruines

MONT KEMMEL (après la bataille)

LE MONT ROUGE (les abris français)

 LOCRE : l'église en ruines

       SCHERPENBERG (detruit)

 LOCRE :Après la destruction

    LOCRE : La place du village  

LA ZONE DES COMBATS DU MONT KEMMEL 1918 ( FLANDRES)

LA ZONE DES COMBATS DU MONT KEMMEL 1918 ( FLANDRES)

LOCRE : Un village martyr que défendit le 146 ème REGIMENT d' INFANTERIE

LOCRE : Un village martyr que défendit le 146 ème REGIMENT d' INFANTERIE

SCHERPENBERG : VERMEILLE Edouard   est tué dans ce village

SCHERPENBERG : VERMEILLE Edouard est tué dans ce village

  OSSUAIRE FRANCAIS DE KEMMEL

       OSSUAIRE FRANCAIS DE KEMMEL

   

       

Extraits des archives de seine et marne

Extraits des archives de seine et marne

auteur .